Pourquoi ai-je créé un biblioblog ?

Article métaphysique ?

Nous, étudiants de l’EBD, savons pourquoi nous créons un blog, mais vous, bibliothécaire, pourquoi vous-y êtes-vous mis ? Eventuellement, pourquoi vous vous y mettriez ?

En manque d’inspiration quant à ma nécessaire participation à ce blog, j’ai souhaité en tout premier lieu poser cette question. Après tout, nous avons récolté énormément d’informations pour le concevoir, et savoir par où commencer n’est pas chose aisée lorsqu’on n’est pas encore imprégné de la réalité de la biblio-blogosphère. C’est pourquoi faire connaissance me semble être un bon début.

Commençons au hasard : « Bruit et Chuchotements ». Approche personnelle, profil très succinct mais apprenant néanmoins que l’auteur est bibliothécaire municipal et créateur de Bibliopedia. Le wiki étant un agrégateur d’information plus puissant qu’un blog, on peut penser que le second permet une expression plus personnelle dans un cadre informel. La présentation du blog (trouvée dans les plus anciennes archives) nous en apprend davantage : l’auteur s’intéresse à l’impact des bibliothèques sur le monde de l’information, sous la problématique suivante : « Quel est le rôle réel que jouent (ou pourraient jouer) les bibliothèques et la lecture dans l’espace public, la culture, la compréhension du monde ? ». Ce n’est donc pas tant un blog d’actualité qu’un blog « penseur » d’un professionnel sur le monde qui l’entoure.

Soit. Voyons ce qu’il en est ailleurs. Je clique sur le lien « bibliobsession 2.0 » de notre netvibes. Approche personnelle ET informelle, ton très libre – mais présentation agréable, très soignée. Ici, la page « qui suis-je » ne donne qu’une adresse mail pour contacter l’auteur (et une image), aucune information. Archives les plus anciennes ? Toujours rien. L’idée du blog se trouve en fait sur une courte page titrée « le bouillon du bibliobsédé », et se présente sous la forme de différents domaines précédés de « Actualités et débats sur ». Il est donc peu question de l’auteur ici, du moins autrement que par son point de vue sur l’actualité. C’est un blog de passionné qui parle de ses centres d’intérêt.

Un peu plus loin, je clique sur « sous la poussière ». Blog étranger (suisse), très sobre. Un onglet « à propos de ce blog », je clique. Un message clair et concis sur l’auteur et les objectifs du blog : un « carnet de notes en ligne » sur « l’utilisation des technologies de l’information dans le monde des archives ». Ici, le blog devient l’outil de travail de l’archiviste, au sens le plus professionnel du terme, mais utilisé de façon collaborative (partagé).

Et pour conclure, le blog de la fin sera anglophone : « Joining dots » est un blog extrêmement professionnel, du moins dans sa démarche. Ce n’est pas un biblioblog à proprement parler, puisque son auteure n’est pas bibliothécaire, mais l’idée directrice concerne l’univers des bibliothèques et se rapproche et se rapproche de celle de « bruit et chuchotements » : « étudier ce qui arrive lorsque l’information, la technologie et les personnes entrent en contact ». Le blog est en revanche davantage tourné vers l’entreprise, et se présente en conséquence comme un outil fonctionnel avant tout : les analyses sont ici professionnelles. Cependant, et de l’aveu de l’auteure, la fréquence de mise à jour souffre de cet aspect…

Créer un biblioblog est donc loin d’être une démarche futile, mais il est nécessaire de savoir quels objectifs se donner et mesurer les pours et contres. Le meilleur moyen d’en prendre conscience est de découvrir ce qui a été fait, et ce qui peut encore avoir son utilité.

Publicités